Berlingot Nantais

L'origine du berlingot nantais remonte vers les années 1830.

L'histoire veut qu'une cantinière des armées de l'Empire ait obtenu la recette d'un bonbon italien, le berlingozzo. C'est une marchande de ces confiseries qui lui aurait transmis tous les secrets de fabrication.

Elle a ensuite quelque peu adapté la recette puis, de retour à Nantes, elle l'a transmise à sa fille. Cette dernière décida de les confectionner pour créer un petit commerce de confiserie. C'est alors la naissance du véritable berlingot de Nantes.

Le succès fut été rapide et dans les années qui suivirent plusieurs confiseurs en commercialisèrent également.

Il faut dire qu'à l'époque le sucre ne manquait pas à Nantes, de nombreux bateaux en amenant en France depuis les Antilles.

Dans certains mariages il remplaçait même les dragées.

Il est toujours fabriqué de nos jours et même exporté à l'étranger, du fait de sa bonne conservation.

El origen del berlingot de Nantes se remonta  a la década de 1830. La historia cuenta que una cantinera  de los ejércitos del Imperio recibió una receta de un dulce italiano, el berlingozzo. Es una vendedora  de esos dulces que le habría dado todos los secretos de fabricación. Ella luego   había adaptado un poco la receta, de regreso  en Nantes, ella se la pasó a su hija. Esta última decidió confeccionarlos para crear un negocio de pastelería pequeño. Es el nacimiento del verdadero berlingot  de Nantes. El éxito fue rápido, y en los años siguientes muchos pasteleros los comercializaron también. Hay que decir que en esa época  el azúcar no faltaba en Nantes, muchos barcos lo traían a Francia desde las Indias occidentales.  Todavía se fabrica hoy en día e incluso se exporta al exterior, debido a su buena conservación.

Qu’est-ce que c'est ?

La fabrication est le plus souvent effectuée de manière artisanale, les confiseurs reproduisant les gestes d'antan.

Le berlingot de Nantes est un mélange de sucre, de glucose et d'eau qui est chauffé à 160°C pour obtenir un sirop. A ce dernier on ajoute un arôme, un extrait de fruit…

Ensuite le sirop est versé sur une table froide, un marbre pour refroidir rapidement et être malaxé à la main.

La "pâte" est ensuite étirée et laminée pour obtenir une sorte de boudin qui es coupé en petits berlingots.

Traditionnellement les berlingots de Nantes étaient vendus dans boites en fer.

Au niveau des arômes, les confiseurs rivalisent d'imagination pour créer des nouveaux parfums, et donc des nouvelles couleurs de berlingots.

Il en existe des unicolores et d'autres bicolores.

Les arômes les plus classiques sont : anis, café, cassis, chocolat, citron, framboise, menthe, orange… Mais de nouvelles saveurs apparaissent maintenant mêlant plusieurs parfums comme cassis et citron ou réglisse et menthe.

¿Qué es?

La fabricación  a menudo se realiza a mano, artesanalmente, los confiteros reproducen gestos antiguos. El berlingot de Nantes es una mezcla de azúcar, glucosa y agua que es calentado a 160 ° C para obtener un jarabe. A este último se le añade  un sabor, un extracto de fruta...

A nivel de los aromas, los confiteros compiten  en imaginación para crear nuevas fragancias y por lo tanto, nuevos colores de los berlingots.  Existen de un solo color y otros  en dos tonos. Los sabores clásicos son: anís, café, cassis, chocolate, limón, frambuesa, menta, naranja... Pero ahora aparecen nuevos sabores combinados como limón, cassis y menta o regaliz.

http://www.homejardin-loisirs.com/berlingot-de-nantes-petite-histoire-gourmande-de-cette-confiserie.html

Berlingot de Carpentras

Clément V s'appelant Bertrand de Goth, le bonbon reçu le nom de Berlingot...

C'est en 1844 que le 1er berlingot "moderne" fut créé à Carpentras par le pâtissier François-Pascal LONG. Ce pâtissier aurait eu l'idée d'utiliser le sirop d'égouttage des fruits confits, qu'il fit cuire, le parfuma à la menthe et eut l'idée de décorer la pâte avec un sucre blanchi. Il découpa ensuite la pâte encore chaude avec des ciseaux pour lui donner la forme que nous connaissons aujourd'hui.

C'est avec une conviction profonde que Serge et Jean CLAVEL ont entrepris de redonner une nouvelle jeunesse au célèbre Berlingot de Carpentras afin de le faire connaître et apprécier au plus grand nombre.

La tradition veut qu'il ait été confectionné pour la première fois, et à base de caramel, sous le pontificat de Clément V, le premier Pape d’ Avignon, par un de ses cuisiniers dénommé Sylvestre

Golosina aromatizada, el berlingot de  Carpentras parece que fue inventado a principios del siglo XIV por uno de los cocineros del papa Clemente V, llamado Sylvestre. Este último lo debió ofrecer al soberano pontífice con estas palabras: "En honor a Bertrand de GOT...", su verdadero nombre, lo que habría dado lugar, en lenguaje común, a la palabra berlingot. Gracias al pastelero-confitero François Pascal Long, que mejoró la receta en 1844, el berlingot de Carpentras se hizo famoso.

Elaborado a base de sirope de frutas confitadas, esta pequeña pirámide dura y traslúcida, estriada de blanco, presenta diferentes colores, como el rojo, el verde, el amarillo, el naranja..., que recuerdan los distintos aromas, como son la menta, el anís, el limón, la naranja...

 

Bêtise de Cambrai

La bêtise de Cambrai est un célèbre bonbon de sucre cuit, aromatisé à la menthe Mitcham. Il est né vers 1830 à Cambrai, chez le confiseur AFCHAIN.

La légende raconte que la bêtise serait le résultat d’une erreur du fils de la maison qui était à l’époque apprenti. Il se serait trompé dans le dosage du sucre et du parfum et il aurait allégé la pâte par brassage. Sa mère, considérant comme ratée la fabrication de son fils, aurait traité de bêtise la faute commise… Néanmoins, le prétendu ratage fut particulièrement apprécié et fit la fortune de la famille.

Une autre version veut que l’apprenti Afchain, qui travaillait chez le confiseur Depinoy se soit trompé dans la recette en confectionnant des bonbons… Il se fit réprimander et on lui dît ‘quelles BÊTISES as-tu fait!!! ». Or en ce temps là, comme on ne jetait rien, les bonbons se vendirent au rayon des friandises cassées que l’on achetait au poids. Les clients réclamèrent ces bonbons et la réponse fut ‘Ah vous voulez des bêtises d’AFCHAIN!’ et voilà pourquoi si vous allez à Cambrai, la maison Afchain est le créateur quand la maison Depinoy revendique être l’inventeur.

Voilà pour la légende. La vérité est probablement différente… Tous les 24 du mois se tenait à Cambrai un important marché. Les hommes s’y rendaient régulièrement. Après leurs achats de bêtes, certains s’attardaient en ville pour commettre des  » bêtises  » On parlait uniquement de dépenses inutiles. Parmi ces dépenses, les bonbons de sucre cuit que l’on fabriquait sous le regard des passants et que l’on coupait avec des ciseaux à la demande. Le confiseur Afchain eut l’idée de confectionner pour cette clientèle du 24 des bonbons plus raffinés, en les parfumant à la menthe Mitcham. Il battit le sucre pour qu’il soit plus aéré et pour rendre le bonbon plus tape à l’œil et plus doux, il introduisit, sous l’aspect d’une rayure, du sucre caramélisé. Les bêtises étaient nées, mais ce n’est qu’en 1947 qu’elles firent l’objet de papillotes.

La production annuelle de bêtises de Cambrai est de 400 tonnes.

A noter, si vous allez dans la région, qu’une fois par an, l’usine Afchain organise une journée portes ouvertes. Vous pourrez alors visiter les ateliers de fabrication et le musée de la bêtise. La bêtise de Cambrai figure à l’inventaire du patrimoine culinaire du Nord Pas de Calais depuis 1992.

http://www.lespaniersdelea.com/petites-histoire-de-la-betise-de-cambrai/#.WbWqZfMjHcc

Bêtise de Cambrai: caramelo de menta. Estas golosinas, se dice que fueron inventadas en 1858 como resultado de una estupidez (bêtise) cometida por un aprendiz en una fábrica de dulces de la ciudad de Cambrai, al norte de Francia