Celui qui habille ses gâteaux comme un grand couturier habille les femmes !

Il ajoute: «le beau et le bon sont indissociables ! L’ivresse de pouvoir déceler une lueur de douce folie gourmande à travers les yeux des clients n’a pas de prix.»

Christophe Michalak né en 1973, à Senlis dans l’Oise, dans une famille d’origine italienne, rêve d’être dessinateur. A 16 ans, faute d'entrer aux Beaux Arts, il passe directement à la vie active.

Il se constitue peu à peu une bibliothèque culinaire et cultive sa mémoire gustative et son goût des arts. Il obtient son CAP de pâtisserie à la Chambre des Métiers d'Angers.

Parallèlement, il apprend à bien se nourrir et l'adolescent boutonneux et un peu enrobé devient ce jeune homme au physique séduisant que connaissent ses nombreuses admiratrices.

Aujourd'hui, mondialement connu, Christophe Michalak dit tenir de sa mère de vraies valeurs : respect, travail, rigueur, honnêteté mais aussi la « niaque », tout ce qui lui a permis de réussir une brillante carrière.

Après son CAP, il poursuit sa formation dans différents établissements de par le monde.

A 18 ans, il gagne le concours de meilleur apprenti départemental qui lui permet de décrocher un stage au Hilton Park Lane de Londres puis de Bruxelles, suivi de deux années au Negresco à Nice, de 1993 à 1995.

Il rêve de travailler avec Pierre Hermé et sa ténacité, là encore, lui permet d’être embauché à ses côtés chez Fauchon, où il restera de 1995 à 1997. Le chef pâtissier restera un de ses mentors. Ce poste lui permet aussi de rencontrer un autre grand pâtissier Sébastien Gaudard, à l’époque adjoint de Pierre Hermé.

Puis, direction le Japon, où son ancien patron du Negresco, Gregory Collet, a ouvert une pâtisserie à Kobé et lui demande de venir le rejoindre. Il y retrouve quelques temps plus tard Pierre Hermé, qu’il suit cette fois ci à New-York, en tant que consultant.

Puis en 1999, retour à Paris chez Ladurée, en tant qu’extra, puis au poste de sous-chef au bout d’un mois.

Fin 2000,Jean François Piège le contacte. Alain Ducasselui a confié les commandes du Plaza Athénée pour le restructurer. Il accepte et devient chef pâtissier du Plaza-Athénée En 2005, il remporte la "Coupe du Monde de Pâtisserie" avec l'équipe de France.

Cet éternel gourmand a su  revisiter de grands classiques de la pâtisserie comme:

  • la religieuse caramel beurre salé,
  • le baba au mètre, crème chantilly à la citronnelle
  • la tarte aux fraises à la crème de pistache.
  • Les macarons pêche melba
  • les incontournables Bisounours en guimauve

Christophe Michalak est aussi devenu connu du grand public en animant des émissions télévisées. Après quelques passages dans Top Chef, le groupe de Nicolas de Tavernost lui confie en 2012 sa propre émission sur la chaîne Téva, « le Gâteau de mes rêves » dans laquelle il se rend chez des particuliers pour leur cuisiner le gâteau de leurs rêves.

Puis à partir de juillet 2013, il fait partie du jury du concours « Qui sera le prochain grand pâtissier ? » sur France 2.

Enfin, depuis 2013, il officie tous les jours sur France 2 dans l’émission « Dans la peau d’un chef » qu’il co-produit avec sa société Food-Prod.

Il ouvre également une école de pâtisseriepour faire découvrir et transmettre le vrai métier de pâtissier. Dans un premier espace entièrement dédié à la pâtisserie au 60, rue du Faubourg-Poissonnière dans le 10ème à Paris, il propose des cours pour les particuliers, ainsi qu'une boutique de vente à emporter.

Une carrière exemplaire, une vocation qui a débutée par un goût immodéré du sucre. A bientôt quarante ans Christophe Michalak est un chef pâtissier qui sait qu'il ne faut pas s'arrêter de surprendre.  

http://www.terroirsdechefs.com

Michalak pone en práctica su "pâtisserie de demain” en su primer establecimiento

“Es la pastelería que imagino para el mañana, más ligera, menos grasa, menos gelatinosa, centrada en el sabor y la eficacia”, resume Christophe Michalak sobre su nuevo establecimiento abierto en el barrio de Marais parisino el pasado 6 de octubre. Es el 

Discurso desde hace años de este chef pastelero de referencia, y que ahora se puede disfrutar en un establecimiento que prima los pasteles de tallas grandes y el producto fresco bajo encargo, para  poder hacer realidad un placer gourmand dulce acorde a las inquietudes del consumidor actual.

De todos sus productos destacan como decimos los formatos grandes divididos entre Klassiks, en los que no falta el milhojas, la tarta de limón, la pablova… y los Cakes, en forma de pastelitos de almendra (calissons) y en los que no faltan sabores clásicos pero seguros como el chocolate, los cítricos o el jarabe de arce. Completa el repertorio la religiosa con caramelo de mantequilla salada y deliciosas propuestas a base de galletas con brownie (Koonies), guimauves (Kalin), roudoudous (Roukoukous) y un postre en vaso especialmente bajo en grasas y gelatina (Bar à Kosmiks).

El local cumple con la estética desenfadada a la que nos tenía acostumbrados el chef francés con su escuela, su página web o su food truck de pate-choux. Mucho blanco con algún toque de acero y la imagen rock y juvenil del logotipo y los grafismos. En definitiva un nuevo templo que añadir a la ya de por sí completita lista de grandes pastelerías parisinas.

 www.pasteleria.com/noticia/201510/2088-michalak-pone-en-practica-su-patisserie-de-demain-en-su-primer-establecimiento