La Pasta Frola ou Pastafrola, est une pâtisserie très populaire en Argentine, Uruguay et Paraguay. Son origine est incertaine. Il existe d’innombrables histoires racontant différentes versions. Celles qui me paraissent les plus logiques sont d’abord l’histoire qui raconte que c’est une version adaptée de son ancêtre italienne, la Crostata alla marmellata, pâtisserie classique fait maison, par antonomase. Elle serait arrivée dans ces pays de la main des immigrants italiens. 

En réalité en Italie, une pasta frolla est une préparation de base pour la réalisation de plusieurs pâtisseries, telles que tartes, biscuits, etc. Elle correspond à peu près à une pâte brisée française.

La Pastafrola argentine se  compose de la pâte de base, d’une garniture à base de confiture de coings ou de patates douces ou encore de confiture de lait. A l’instar de la Crostata italienne, elle est décorée d’un tressage sur le dessus, fait avec des lanières de  pâte. Bien que l’origine de la pâte de coings soit espagnole, l’Argentine a été historiquement l’un des plus grands producteurs de cette douceur. Durant les années ’90, elle en produisait 66.000 tonnes par an.

Ingrédients

4 œufs

1 tasse de beurre ou margarine

1 tasse de sucre

Zeste râpé d’un citron non traité

3 ¾ à 4 tasses de farine

1 sachet de levure

600 g de pâte de coings

1 petit verre de Martini, Porto ou Marsala

1 œuf pour badigeonner

3 c. à soupe de noix de coco râpée

1 c. à soupe de miel ou de confiture pour la décoration

Préparation

Battez les œufs, le beurre, le sucre et le zeste de citron. Bien mélanger le tout.Préparation

Mélangez la levure et la farine. Incorporez  ensuite, la farine/levure au premier mélange, lentement. Intégrez bien jusqu’à obtention d’une pâte homogène et lisse. Faites une boule  et conservez un bout de pâte  pour le haut du gâteau (le treillis).

Mettez la de pâte au fond d’un plat. Etalez- la avec vos doigts.

Dans une casserole, disposez la pâte de coings coupée en morceaux, incorporez le Martini (ou autre alcool ou de l’eau) et faites réchauffer à feu doux en écrasant le tout à la fourchette afin d’obtenir une texture plus crémeuse (mais elle ne doit pas être liquide). Retirez du feu. Versez sur le fond de tarte.

Avec le bout de pâte restant, faîtes des lanières en croix pour surplomber la crème de coings.

Badigeonnez le treillis de pâte avec l’œuf battu, à l’aide d’un pinceau.

Enfournez pendant environ 50 minutes à four moyen 180°C (TH. 6) ou 350 degrés Fahrenheit.

Suivant la tradition argentine badigeonnez le bord de la tarte avec un peu de confiture et parsemez de noix de coco.

Cette pâtisserie se déguste froide avec un café, un chocolat ou comme en Argentine avec des matés.  

Note : Avec ces quantités vous obtiendrez une tarte grande pur une dizaine de personnes. Si vous préférez une tarte plus petite, il suffit de diviser par 2 les ingrédients.

Variante : Si vous ne trouvez pas la pâte de coings (en vente chez les fromagers) vous pouvez utiliser une autre confiture de votre goût, ou de la confiture de lait, de patates douces etc. Dans certains pays d’Amérique Latine on utilise de la confiture de goyave.