Les macarons de Nancy sont des pâtisseries rondes à base d’amandes pilées, de blancs d’oeuf et de sucre, cuits à une chaleur modérée.

C’est Catherine de Médicis qui à la Renaissance aurait fait venir en France de nombreuses pâtisseries italiennes. En 1668, la nièce de sa petite fille, Marguerite de Lorraine, fonda le couvent des Dames du St Sacrement aux règles très strictes. La consommation de viande était interdite. Les sœurs fabriquaient des pâtisseries, dont le macaron. A la Révolution, un décret supprima en 1792 les congrégations religieuses. Deux des sœurs se réfugièrent chez le médecin de la communauté et pour le remercier continuèrent de fabriquer des macarons. La réputation de ce biscuit grandissant, les Sœurs devinrent rapidement très connues et on les surnomma les « Sœurs Macarons ».

Ce biscuit aux amandes était également servi à la table du roi Stanislas, duc de Lorraine de 1737 à 1766. Son officier de bouche le décrivit en 1751 comme « une espèce de four, fait avec des amandes douces ou pistaches, du sucre, et du blanc d’œuf « 

Le macaron de Nancy va connaitre une montée en puissance au XIXe siècle pour devenir la première spécialité culinaire de Nancy.

Outre la Maison des Sœurs Macarons, le fabricant Lefèvre-Denise fondé en 1840 par Antoine Lefèvre est un des fabricants importants de macarons toujours en activité aujourd’hui, resté depuis dans le giron familial.

Jean-Romain Lefèvre, frère ainé d’Antoine Lefèvre, fondera à Nantes en 1846 avec sa femme Pauline-Isabelle Utile la biscuiterie LU (Lefèvre-Utile), qui fabriquera à Nantes de nombreuses variétés de macarons.

Ingrédients : 15 macarons

Pâte : 

170 g de sucre glace

110 g de poudre d’amandes

2 sachets de sucre vanillé

2 blancs d’œufs

Préparation :

Mélanger le sucre glace et le sucre vanillé avec la poudre d’amandes.
Monter les blancs d’œufs en neige avec 1 pincée de sel.

Incorporer délicatement à la préparation précédente.
Munir une plaque à pâtisserie de papier sulfurisé.
Verser la pâte avec une poche à douille en formant des disques réguliers espacés.
Humidifier la surface des macarons au pinceau.
Laisser reposer 1 h à température ambiante.
Préchauffer le four à 180 °C.
Enfourner durant 10 min.
Sortir et soulever un coin du papier sulfurisé pour décoller les macarons.
Verser un peu d’eau et détacher les macarons à la spatule.
Laisser refroidir.

https://culture-crunch.com/2019/09/02/macarons-de-nancy-la-recette-facile/

 

 

Macarons du Poitou

Les macarons du Poitou sont des petits gâteaux ronds de 4 à 5 cm de diamètre, d’un poids de 15 à 20 g, à base de sucre, de blancs d’œuf et d’amandes. Certaines variantes comportent du beurre, d’autres de la vanille, d’autres du kirsch, voire de la farine ou de la fécule de pomme de terre.

Il s’agit d’une spécialité de Montmorillon, de Niort et de Lusignan. Le macaron de Niort contient des copeaux d’angélique, celui de Thouars de la frangipane. Il existe des gros macarons de 150 à 200 g appelés macaronés. 

 Le macaron apparaît en Europe au Moyen Âge désignant à la fois un gâteau à base d’amandes, de sucre et de blancs d’œufs, croquant à l’extérieur et moelleux à l’intérieur se présentant seul, et un potage comportant de la farine mangé avec du fromage râpé, de la cannelle et du safran (appelé « macaroni » à partir du XVIIe siècle).

Au XVIè siècle, Catherine de Médicis fait découvrir au Français les « maccherone » d’origine italienne. Au XVIIè sicècle, Charles Dalloyau sert à la cour ses petits macarons appréciés par le roi. Ses descendants fonderont en 1802 la maison de gastronomie du même nom. À Nancy, les pâtissiers fabriquent dans les années 1850 des macarons d’amandes, les Macarons de Nancy. La recette des macarons de Boulay apparait en 1854, perpétuant la recette initiale du macaron à croûte dure et à intérieur fondant. Enrichi de confitures, d’épices, de liqueurs, les coques de macaron sont accolées deux à deux dans les années 1830. Le macaron parisien au cœur de crème au beurre, de confiture ou de compote ajouté entre les deux coques apparaît dès 1880 dans le quartier de Belleville. Popularisé dans le Quartier latin par le salon de thé Pons, il est repris par les descendants Dalloyau ainsi que par Ladurée.

Ingrédients : 6 personnes

250 g d’amandes sèches 

200 g de sucre semoule

2 œufs

Sel

Préparation :

Piler les amandes.

Monter 2 blancs d’œufs en neige très ferme.

Mélanger délicatement avec les amandes.

Ajouter le sucre et une pincée de sel.

Bien mélanger jusqu’à l’obtention d’une pâte homogène.

Munir une plaque à pâtisserie de papier sulfurisé et beurrer légèrement.

Former sur la plaque de petits tas de pâte de 3 à 4 cm de diamètre, légèrement espacés, en commençant par le contour et en effectuant une spirale vers le centre.

Préchauffer le four à 140° C.

Enfourner 10 à 15 min jusqu’à ce que les macarons prennent une belle couleur dorée.

Laisser refroidir avant de détacher de la plaque.

Culture-crunch.com/2019/09/15/macarons-du-poitou-la-recette-facile/