L’huile de palme

S'il y a bien un produit qui est habitué aux polémiques, c'est l'huile de palme. Décriée par les écologistes et les nutritionnistes, cela fait quelques années qu'on entend un peu partout que pour notre bien et celui de la planète, il faudrait tout simplement arrêter de l'utiliser. Mais qu'en est-il réellement ?

A quoi sert et où la trouve-t-on ?

L'huile de palme est une matière grasse que l'on retrouve majoritairement dans les produits industriels du commerce : biscuits sucrés et salés, pâte à tartiner, biscottes, pizzas, pâtes à tartes, viennoiseries, barres au chocolat... Il faut quand même savoir que face aux polémiques que l'huile de palme suscite depuis quelques années, les industriels veillent de plus en plus à la remplacer, même si ce n'est pas toujours évident.

Concrètement, dans une préparation, l'huile de palme sert à donner de l'onctuosité, et une texture croquante au produit. Si elle est tant prisée par les industriels, c'est parce que l'huile de palme est bon marché par rapport à d'autres matières grasses (autres huiles ou beurre) ; et facile à utiliser dans l'industrie agro-alimentaire (elle réagit parfaitement à la cuisson mais reste solide à température ambiante et se conserve bien).

Pourquoi est-elle si décriée ?

Si l'huile de palme a été au cœur de si nombreuses polémiques au cours des années précédentes, c'est principalement à cause :

  • De sa richesse en graisses saturées. En effet, l'huile de palme ne contient pas moins de 50% d'acide palmitique, un acide gras saturé qui peut entraîner une hausse du mauvais cholestérol et favoriser le diabète. C'est, d'un point de vue santé, l'une des graisses les plus nocives...
  • De son impact sur l'environnement. On a longtemps accusé les industriels de décimer les forêts malaisiennes et indonésiennes pour les remplacer par des palmeraies, ce qui avait des conséquences catastrophiques en termes de biodiversité et de réchauffement climatique. Mais aujourd'hui, les rapports sont plus nuancés ; déjà parce que toutes les forêts qui disparaissent ne sont pas automatiquement remplacées par des palmeraies. Et parce que l'huile de palme durable, élaborée dans le respect de la planète et l'environnement, ça existe (il faut chercher le logo Green Palm).

Pourquoi il faut quand même relativiser ?

On ne va pas se mentir : cela va faire quelques années que l'huile de palme est un peu diabolisée, tant par les nutritionnistes que les écologistes. Mais avant de faire une croix définitive dessus, il faut quand même savoir que :

  • L'huile de palme ne se cache pas sournoisement partout. Depuis 2011, les industriels sont obligés de préciser la nature de l'huile contenue dans leurs produits. Si l'étiquette d'un produit qui contient de l'huile végétale n'indique pas d'huile de palme, c'est que le produit n'en contient pas !
  • Elle n'est pas surconsommée en France. Selon des études récentes, l'huile de palme ne représente pas plus de 10% de l'apport en graisses saturées des Français. Évidemment, pour éviter d'en consommer trop, il faut miser sur le fait maison, et éviter de manger trop d’aliments industriels.
  • La remplacer n'est pas forcément la panacée. Eh oui : si les industriels remplacent l'huile de palme par de l'huile de colza ou de l'huile de tournesol dans leurs gâteaux ou biscuits, c'est parfait. Par contre, si c'est pour remplacer l'huile de palme par du beurre ou d'autres matières grasses riches en graisses saturées, voire des huiles partiellement hydrogénées bourrées de graisses trans, ce ne sera pas vraiment meilleur (voire pire dans le cas des graisses trans) pour notre santé...

El aceite de palma

Si hay un producto que es controvertido, es el aceite de palma. Descrito por ecologistas y nutricionistas, hemos estado escuchando desde hace unos años que, por nuestro propio bien y el del planeta, deberíamos simplemente dejar de usarlo. Pero, ¿qué es lo que realmente está pasando?

¿Para qué sirve y dónde lo encontramos?

El aceite de palma es una grasa que se encuentra principalmente en productos industriales comerciales: galletas dulces y saladas, pastas para untar, bizcochos, pizzas, tartas, pasteles, barras de chocolate... Sin embargo, ante las controversias que ha suscitado el aceite de palma en los últimos años, los industriales buscan cada vez más reemplazarlo, aunque no siempre es fácil hacerlo.

Concretamente, en una preparación, el aceite de palma se utiliza para dar cremosidad y una textura crujiente al producto. Si es tan apreciado por los industriales, es porque el aceite de palma es barato en comparación con otras grasas (otros aceites o mantequilla); y fácil de usar en la industria alimentaria (reacciona perfectamente a la cocción pero se mantiene sólido a temperatura ambiente y se conserva bien).

¿Por qué está tan controvertido?

Si el aceite de palma ha estado en el centro de tantas controversias en años anteriores, es principalmente porque:

- Su alto contenido de grasas saturadas. De hecho, el aceite de palma contiene no menos del 50% de ácido palmítico, un ácido graso saturado que puede aumentar el colesterol malo y promover la diabetes. Es, desde el punto de vista de la salud, una de las grasas más dañinas.

- su impacto en el medio ambiente. Desde hace mucho tiempo se ha acusado a los industriales de diezmar los bosques de Malasia e Indonesia para sustituirlos por palmerales, con consecuencias catastróficas en cuanto a la biodiversidad y el calentamiento del planeta. Hoy, sin embargo, los informes son más matizados; ya que no todos los bosques que desaparecen son automáticamente reemplazados por palmeras. Y porque existe el aceite de palma sostenible, producido con respeto al planeta y al medio ambiente (busque el logo de Green Palm).

Por qué todavía tenemos que poner las cosas en perspectiva?

No nos vamos a mentir a nosotros mismos: el aceite de palma ha sido demonizado desde hace unos años, tanto por los nutricionistas como por los ecologistas. Pero antes de hacer una cruz definitiva sobre él, debemos saber que..:

- El aceite de palma no se esconde a hurtadillas en todas partes. A partir de 2011, los fabricantes están obligados a especificar la naturaleza del aceite contenido en sus productos. Si la etiqueta de un producto que contiene aceite vegetal no indica aceite de palma, es porque el producto no contiene ninguno.

- No se consume en exceso en Francia. Según estudios recientes, el aceite de palma no representa más del 10% de la ingesta de grasas saturadas de los franceses. Obviamente, para evitar consumir demasiado, debemos confiar en lo casero, y evitar comer demasiada comida industrial.

- Reemplazarlo no es necesariamente una panacea. Así es: si los fabricantes reemplazan el aceite de palma por aceite de colza o de girasol en sus pasteles o galletas, está bien. Por otro lado, si reemplazan el aceite de palma por mantequilla u otras grasas con alto contenido de grasas saturadas, o incluso aceites parcialmente hidrogenados llenos de grasas trans, no será realmente mejor (o incluso peor en el caso de las grasas trans) para nuestra salud.

Traducción realizada con la versión gratuita del traductor www.DeepL.com/Translator