La bûche de Noël est un gâteau terminant le repas de Noël en France, en Belgique, en Suisse, au Québec, au Nouveau-Brunswick, au Vietnam, au Liban, et généralement dans les pays francophones. Cette tradition culinaire reproduit un autre rite lié à la célébration du solstice d’hiver. Cette coutume est attestée depuis le Moyen Âge et est héritée de divers rites païens. Elle est répandue dans toute l'Europe (Wikipédia)

Origines de la bûche de Noël

La bûche de Noël serait une tradition plus ancienne que le sapin et la crèche, celle-ci ne se mangeait pas. En effet, c’était une vraie bûche de bois !

Dans plusieurs pays d’Europe – surtout les francophones -, diverses coutumes mettent en scène un morceau de bois.

  • On allumait un vrai rondin dans le foyer pour rendre hommage au soleil durant les jours entourant le solstice d’hiver alors que l’astre se fait plus discret. Parfois, la bûche était bénie.
  • On choisissait une grosse souche pour qu’elle puisse brûler du 24 décembre au 1er janvier. On devait choisir une bûche d’un arbre fruitier, la couper avant le lever du soleil et on la décorait de rubans avant de la glisser au feu.
  • Au retour de la messe de minuit, on mettait dans le foyer une nouvelle bûche qu’on mélangeait à un peu de cendres de celle de l’année précédente.
  • Dans certaines régions, la tradition voulait qu’on allume, le 24 décembre, autant de bûches qu’il y avait de personnes dans la maison.

La façon dont le feu brulait, l’ardeur des flammes ou même leurs couleurs pouvaient avoir diverses significations. Aussi, on mélangeait les cendres de la bûche choisie à du vin, du sel, du miel ou même de l’eau bénite pour ensuite s'en servir comme un porte-bonheur, pour guérir certaines maladies, comme une protection contre les orages, pour fertiliser les terres ou pour attirer la prospérité. On allait même jusqu’à déposer un peu de cendres dans le cercueil d’un mort pour lui porter chance dans l’au-delà.

Ces traditions n’ont pas perduré jusqu’à aujourd’hui probablement dues à l’arrivée des poêles en fonte sans âtre. Quant au dessert, il est difficile de savoir la date de sa réelle apparition. On dit qu’un chocolatier parisien aurait créé la première bûche de Noël en 1834, mais on attribue aussi sa création à un pâtissier lyonnais quelques années plus tard.

https://www.canalvie.com/